Quel futur pour la mode ?

Quel futur pour la mode ?

Nous traversons aujourd’hui une crise sans précédent, la crise du Coronavirus. Cette pandémie a eu un impact considérable sur nos manières de vivre, su nos manières de consommer et même de penser. Elle a entrainé une remise question personnel pour nombreux d’entre nous mais aussi une remise en question de notre société. Quel futur pour la mode ? Répondons à cette question au travers des différents axes et tendances de l’industrie textile. Il est évident qu’aujourd’hui l’impact écologique de la mode est monumental. Elle est même la deuxième industrie la polluante de la planète (après celle du pétrole). Il est donc nécessaire pour nous de trouver d’autre manière de consommer que d’acheter des vêtements neufs produits à bas coûts dans des pays sous-développés.

Vêtements de seconde main et d’occasion

L’avènement de l’application mobile Vinted démontre que l’achat de vêtements d’occasion est une tendance de fond chez les millenials. Selon le cabinet de conseil Bain & Company, le marché du seconde main connait une augmentation de 9% par an depuis 2015. On voit que ce phénomène touche tout les différents segments de la mode. La plateforme Vestiaire Collective se positionne parmi les leaders de la revente de produits de luxe et créateur d’occasions. Selon Thred up, le marché du vêtements d’occasion français pourrait peser 64 milliards d’euros en 2028. Il deviendrait alors plus important que celui de la fast fashion dont les estimations prévoit un chiffre d’affaires de 44 millions en 2028 sur le marché français.

Vêtements upcycling

L’upcycling constitue à recycler un vêtement destiné à la poubelle en le transformant. On donne une seconde vie à ces vêtements. L’upcycling c’est le recyclage version fashion. Le pionnier du genre en France est la marque Andrea Crews. La directrice artistique Maroussia Rebecq a introduit ce phénomène en France lors d’une performance artistique au Palais de Tokyo en 2002. La marque souhaite répondre à un besoin des nouvelles generation lassées de la fast fashion en offrant une proposition street-couture composés de pièces uniques upcyclés. Cette méthode de production est doucement sorti de l’anonymat pour aujourd’hui toucher des grands noms français tel que Leboncoin qui en 2020 a lancé une collection de vêtements 100% upcyclés.

Mannequin virtuel / défilé virtuel

Le confinement et la distanciation sociale due à la pandémie du Coronavirus ont bousculé les habitudes de la sphère mode. On a vu de nombreuses marques s’adapter en proposant des shows digitals. Les grands labels ont innovés, on a pu observer des performances en live sur Instagram chez Dior, des défilés sur des mannequins modélisés en 3D chez Pièces Uniques, des performances artistiques filmées chez Hermès. Cette dernière édition s’est détourner du modèle classique de la fashion week. Il est possible que cela remette en cause sur le long terme car le calendrier est très exigent et le coût d’un show souvent très important.

Impression 3D

Le futur de la mode va compter sur l’apparition de nouveaux textile et de processus de production. La créatrice de mode hollandaise Iris Van Herpen propose de nombreux looks crées à partir d’une impression 3D dans ses défilés. La marque de sport Adidas nous a quand lui proposé son modèle de chaussure Futurecraft imprimé en 3D. De plus, la marque a déclaré vouloir développer une ligne de vêtements et d’autre chaussures produit par impression 3D. Pour le moment cette technologie reste encore très coûteuse et le confort des pièces est encore à améliorer.

Showing 45–45 of 45 results